Menu +

Manifestation à Nancy pour les forêts publiques

Face à une nouvelle attaque d’une ampleur inédite de la direction et du gouvernement envers le service public et la gestion publique des forêts françaises :

– L’aggravation des suppressions de postes

– l’extinction des fonctionnaires et transformation du statut de l’ONF

– le vote d’une loi d’habilitation permettant la modification du Code forestier

-la filialisation des services études & travaux

-la remise en cause du choix des arbres à couper par les forestiers assermentés.

plus de 250 manifestants ont répondu présent, malgré un délai de mobilisation de moins de 10 jours, et sans compter les collègues forestiers bloqués par des chablis qui nous ont manifesté leur soutien.  Forestiers de toute la région Grand Est, de Franche-Comté, responsables syndicaux nationaux, collègues d’Agroparistech, et un certain nombre de soutiens à notre cause :

  • les députés (LFI et PS) Caroline Fiat, Dominique Potier et Mathilde Panot, venue de Paris et Présidente de la commission d’enquête citoyenne Forêt à l’Assemblée nationale,
  • le sénateur Olivier Jaquin (PS)
  • 2 responsables d’EELV, des représentants du PCF
  • Interprofessions CGT et Solidaires
  • Associations nationales et locales : Amis de la Terre, ANV-COP21, ATTAC 54, Mouvement pour une Alternative Non-violente Nancy, Greenpeace Nancy, Youth for Climate Nancy, Air-Vigilance…
  • un Groupe local des Gilet Jaunes.

La direction de l’ONF avait de son côté invité du côté d’Epinal la députée Anne-Laure Cattelot (LREM), chargée d’une mission parlementaire sur la forêt et l’ONF. Certains manifestants se sont rendus à Epinal où la députée a accepté de bonne grâce de recevoir une délégation.

Très attentive à nos revendications, celle-ci a clairement fait savoir son désaccord sur le dépôt avant-hier d’un article de loi permettant la modification du Code forestier en vue de son examen en toute hâte par le Parlement à la fin du mois. En effet, ce texte préempte les éventuelles conclusions de son rapport sur la forêt. C’est pourquoi elle s’est déclarée déterminée à agir pour que cet article soit retiré, et s’est engagée à tenir les représentants du personnel de l’ONF informés.

Cette mobilisation est une première étape d’importance. Mais il faudra être encore plus nombreux dans les actions à venir pour continuer à combattre, comme depuis plus de 15 ans, le démantèlement et la privatisation rampante de l’ONF !