You are currently viewing 16-17 oct. L’action de Autun Morvan écologie et du Groupement forestier pour la sauvegarde des feuillus du Morvan

16-17 oct. L’action de Autun Morvan écologie et du Groupement forestier pour la sauvegarde des feuillus du Morvan

  • Post category:Actions Appel
  • Temps de lecture :2 min de lecture

Autun Morvan Ecologie et le Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan ont participé samedi 16 octobre 2021 à la première “saison” de l’ Appel pour des forêts vivantes,  action (nationale) à l’initiative du Réseau des Alternatives Forestières. 
Depuis plus de trente ans AME et le GFSFM  n’ont pas été “les spectateurs passifs de la destruction en cours”. 
En effet, à côté de ses actions contre la monoculture de résineux et la malforestaion industrielle  dans le Morvan et ailleurs  (information, participation à de nombreuses consultations et instances sur la forêt, …) AME a été à l’initiative du GFSFM il y a près de 20 ans. 
C’est donc une visite de la forêt de Montmain que AME à choisi pour sa participation à cet événement. Cette forêt au dessus d’Autun est la première forêt achetée et gérée par le GFSFM   
Jacques Gorlier (l’un des gestionnaires du GFSFM) a initié les participants à la gestion économique et écologique de la forêt selon la méthode Prosylva, proche de la nature, protectrice de la biodiversité et de la durabilité de la forêt. Il a été remarqué dans l’assemblée que la forêt n’a pas l’unique rôle économique à laquelle les investisseurs la réduisent mais participe
 naturellement à l’unité interdépendante du vivant terrestre. Le GFSFM laisse d’ailleurs des parcelles en libre évolution pour y contribuer.
AME et le GFSFM ont été rejoints dans cet “Appel pour des forêts vivantes” par des représentants de Sauvegarde du Massif d’Uchon (SaMU) qui a été à l’origine de l’instance de classement (en cours) du Bois de la Ravière à Uchon et par des représentants de la lutte récente à Larochemillay (Mont Touleur) 

Le refus sociétal le la gestion par coupes à blanc et monocultures (qui ne sont pas des forêts!) s’amplifie et le changement climatique augmente l’inquiétude sur ce type de gestion forestière!