You are currently viewing Manifestation devant le siège d’Alliance Forêt Bois en Gironde mercredi

Manifestation devant le siège d’Alliance Forêt Bois en Gironde mercredi

  • Post category:Manifestation
  • Temps de lecture :5 min de lecture

La Gironde, meurtrie par les feux qui ont détruit plus de 20 000 hectares en 2022, n’en finit pas de voir ses forêts disparaître. Depuis les incendies, les coupes rases se multiplient. Le collectif Forêts vivantes Sud Gironde appelle à manifester mercredi 24 janvier à 16h devant le siège d’Alliance Forêt Bois, à Bazas, parce qu’une coupe rase “fait autant de dégâts qu’un incendie”.

Les coupes rases font partie intégrantes du système industriel déployé par la Alliance Forêt Bois, la plus grande coopérative forestière française dont les plantations sont constituées à 94% de résineux, comme l’a démontré Canopée, membre de SOS Forêt, dans une enquête publiée l’an dernier. C’est devant le siège en Gironde d’Alliance Forêt Bois que se tiendra le rassemblement mercredi, à Bazas, juste à côté de la forêt de la vallée Ciron, où une hêtraie âgée de 40000 ans démontre la résilience des écosystèmes forestiers. Là, la forêt de hêtres a su se maintenir malgré des écarts climatiques considérables, mais pourrait complètement disparaître, sous la pression des industriels qui l’encerclent et malgré un programme de préservation déployé in extremis : une étude de la Sepanso (fédération régionale des associations de protection de la nature de la région Aquitaine) publiée en 2006 a montré que de 35 km en 1993, la présence des hêtres sur les rives du Ciron ne couvrait plus que 5 km en 2006.

Un collectif citoyen pour les générations futures

Forêt Vivante Sud-Gironde, ce sont des citoyens-nes et des habitants-tes du Sud-Gironde, qui s’insurgent contre “la monoculture intensive et industrielle du pin maritime hautement inflammable qui assèche les vallées de la Leyre, du Ciron et des Landes Girondines par une artificialisation des espaces”.

Le collectif dénonce la “sylva-terreur inacceptable et mortifère”, les “privilèges législatifs” dont bénéficie la filière bois qui “valide la machine infernale des coupes rases de feuillus dans la Vallée du Ciron”, la destruction irrémédiable des espaces boisés diversifiés et de biodiversité faunistique et floristique et appelle à “une lutte législative sans concessions”,”portée par les élus et les citoyens qui sont totalement légitimes pour faire cesser immédiatement ces pratiques écocidaires”. Il a pour objectif :

  • la création d’espaces forestiers diversifiés, qui allient biodiversité et sécurité, en réduisant la Monoculture Intensive du Pin sur de larges espaces ;
  • la suppression de la présence intensive du pin sur de grandes largeurs le long des cours d’eau, des zones humides, des lagunes, des chemins privés et publics ;
  • la création de réels pare-feux, indispensables à la sécurité et aux interventions de lutte contre les incendies, avec landes et feuillus, ceinturant des entités de monoculture de pins d’une surface limitée ;
  • la limitation de la dynamique d’assèchement des sols, des zones humides, des lagunes, des ruisseaux, des nappes phréatiques et des forages profonds d’eau potable, en restreignant fortement la monoculture intensive du pin.

Le collectif revendique :

  • un changement radical des pratiques avec l’arrêt de toutes les coupes rases de feuillus et de pins, des dessouchages, des labours, des broyages, des épandages de produits chimiques ;
  • l’élargissement du droit de préemption lors des ventes de parcelles forestières aux communes concernées, aux autres collectivités territoriales, aux groupements forestiers collectifs et aux associations environnementales ;
  • que soient rendus publics les plans simples de gestion (coupes et plantations) et leur validation par une commission composée du CNPF (Centre Régional de la Propriété Forestière, établissement public) et de membres de droit pour des avis modificatifs sur les Plans Simples de Gestion en cours et à venir : d’élus et de citoyens des communes concernées, d’un ingénieur forestier de l’ONF, d’un représentant du SDIS, des représentants des syndicats d’aménagement des bassins versants, des représentants des collectivités territoriales et d’associations environnementales.

Nous vous invitons à rejoindre cette manifestation et à relayer l’appel de Forêts vivantes Sud Gironde.

lieu de rendez-vous et renseignements