Menu +

La commission d’enquête citoyenne à l’assemblée

Les auditions en vidéo

Le communiqué de presse de la commission

Genèse du projet

Alors que nous sommes en pleine semaine du sommet onusien de l’action pour le climat, et que nous constatons un peu plus chaque jour l’inaction des gouvernants de ce monde, en France, Emmanuel Macron et son gouvernement continuent le démantèlement de la puissance publique et des leviers d’action pour faire face à l’urgence écologique.

La prochaine décennie sera cruciale pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Il nous faut non seulement réduire drastiquement nos besoins en énergie fossile, mais aussi restaurer nos forêts, principal puits de carbone naturel terrestre. Ce sont aussi des lieux de vie et de biodiversité précieux. Or aujourd’hui c’est un tout autre modèle qui se profile avec une pression croissante pour exploiter davantage de bois, notamment pour un usage énergétique. Ainsi les forêts aiguisent les appétits du lobby agro-forestier, le modèle actuel de gestion des forêts rime avec industrialisation massive des forêts françaises, avec épandage de pesticides et multiplication des coupes rases, effondrement de biodiversité, gaspillage d’énergie, suppression de postes et démantèlement via privatisation de l’office public des forêts, fermeture des petites scieries ou encore conditions de travail insoutenables des ouvriers forestiers et des bûcherons avec le recours aux travailleurs détachés.

Allons-nous appliquer au forêt le même modèle économique qui a conduit dans le mur notre agriculture ? A l’heure où le vivant est au coeur des préoccupations des scientifiques et des mobilisations écologistes, allons-nous contribuer un peu plus au réchauffement climatique par l’industrialisation massive de ce bien commun ? Il est grand temps que sur ces questions comme sur d’autres, le gouvernement écoute les associations, scientifiques et personnalités qui sont spécialistes de ces questions et rompe définitivement avec le lobby agro-forestier. Il en va de notre avenir et de celui de nos enfants !

En conséquence, nous nous sommes réunis avec plusieurs parlementaires, syndicats et associations au sein d’un groupe de travail pour dénoncer le modèle actuel de gestion des forêts. Nous avons pour objectif d’élaborer collectivement une proposition de loi, cadre d’un contre-modèle forestier à la suite des assises de la forêt.

Dans la lignée du Manifeste du Tronçais, il nous semble fondamental de construire une expression politique alternative, qui puisse donner un autre horizon aux travailleurs forestiers et tisser des liens nouveaux entre les citoyens et la forêt.

Associations, syndicats représentés

  •   France Nature Environnement
  •   SOS Forêts
  •   Snupfen Solidaires
  •   Humanité et Biodiversité
  •   CGT Forêt
  •   La Canopée

Députés, sénateurs, personnalités

  •   Mathilde Panot, députée France insoumise
  •   Ugo Bernalicis, député France insoumise
  •   Loïc Prud’homme, député France insoumise
  •   Bénédicte Taurine, députée France insoumise
  •   Delphine Batho, députée Génération écologie
  •   Sébastien Jumel, député communiste
  •   Hubert Wulfranc, député communiste
  •   Dominique Potier, député socialiste
  •   Guillaume Garot, député socialiste
  •   Guillaume Gontard, sénateur communiste
  •   Gaspard D’Allens, journaliste, auteur du livre « Main basse sur nos forêts »

Les axes de la proposition de loi

a) Défendre les écosystèmes : arrêt des coupes rases, interdiction des pesticides et des arbres génétiquement modifiés, limitation de la mécanisation, réflexion sur le poids des engins, le bois mort dans les parcelles…

b) Renforcer le service public forestier : en lien avec propositions de l’intersyndicale de l’Office nationale de la forêt : question des baisses d’emploi, des baisses de finances, des missions de service public.

c) Limiter l’usage de la biomasse : stopper les grandes centrales à biomasse type Gardanne et déconstruire les scénarios de la Commission européenne sur utilisation exponentielle de la biomasse.

d) Gérer un bien commun : enjeux institutionnels : gouvernance de la filière. Etablir une propriété collective de forêt par des citoyens, impliquant les questions des subventions et des aides publiques.

e) Améliorer la condition sociale des ouvriers forestiers et bûcherons

Méthode de travail et calendrier

Notre méthode de travail se base sur la co-construction : la proposition de loi à venir sera le fruit de nombreuses auditions des experts spécialisés sur les thèmes suivants : biodiversité, climat, territoire, conditions sociales des ouvriers bûcherons. Elle sera également directement issue des expériences et des recommandations des acteurs et actrices qui travaillent dans la filière de la forêt.

Voici le calendrier d’élaboration de la proposition de loi et suivi du groupe de travail :

  •   26 septembre : Première audition
  •   Début octobre : Mise en ligne du site web dédié au groupe de travail
  •   Mi-octobre : Déplacement sur le terrain
  •   3 octobre : Deuxième audition
  •   17 octobre : Troisième audition
  •   25 octobre : Assises de la forêt à Bergerie-de-Villarceaux
  •   26 octobre : Marche citoyenne à Fontainebleau
  •   14 novembre : Quatrième audition

Les assises nationales de la forêt (ANF), une étape importante dans l’élaboration d’un contre-modèle forestier

Les Assises nationales de la forêt (ANF) se dérouleront du 23 au 24 octobre 2019 à Bergerie- de-Villarceaux. Ces deux jours seront découpés en quatre temps et thèmes différents :

1° Des forêts pour refroidir le climat
2° La forêt silencieuse ?
3° Des forêts au cœur de territoires vivants 4° La forêt, notre bien commun

Pour chaque axe de travail, il y aura un groupe traitant : le dispositif législatif, l’argumentaire, le plan d’action et les propositions libres. Le jour suivant sera ensuite l’occasion de temps de discussions avec des citoyens qui ne sont pas nécessairement concernés par les forêts. Le dernier jour sera enfin l’occasion d’une découverte de la forêt de Fontainebleau avec des forestiers pour guides. Au total, 120 personnes seront conviées aux ANF.